Entrepreneur.e.s, devez-vous investir dans la mise en valeur de votre patrimoine? Les 5 paramètres à prendre en compte.

Dans ces temps que je qualifierais d’incertains (pour le moins), les décisions d’investir sont compliquées pour ne pas dire périlleuses, au sein des directions d’entreprises . L’arrêt brutal de l’économie mondiale et la contraction de la plupart des secteurs ont logiquement amené les équipes dirigeantes à faire preuve d’une grande prudence dans les choix d’investissements à réaliser au sein de leur entreprise. La sélection et la priorisation des investissements, liées au développement futur de l’entreprise (voire même à sa survie), dépendent d’un nombre si grand de facteurs, internes et surtout externes, qu’il paraît illusoire de vouloir les lister, d’autant plus que les situations varient fortement et ne tolèrent pas de généralisation.

L’objectif de ce court article est de présenter différents éléments qui peuvent aider à la décision d’investir, ou non, dans la gestion et la mise en valeur du patrimoine historique de votre entreprise. Il est donc ici question d’explorer les différents paramètres susceptibles de guider les dirigeant.e.s d’entreprises dans un choix conscient et raisonné de leur politique patrimoniale.

Connaissance de l’état de vos archives

Avez-vous déjà visité les locaux d’archives de votre société? Possédez-vous une vision claire de leur état, de leur qualité, de leur gestion? Quelqu’un parmi votre personnel est-il.elle en charge de cette gestion? Les réponses à ces questions sont des premières indications qui vous permettront d’établir le cadre de réflexion préalable à toute décision. Établissons à l’aide d’un tableau les différents cas de figure, en prenant en compte votre niveau de connaissances de l’état des archives couplé à leur état effectif. Dans le corps du tableau, nous proposons déjà une action possible.

Peu ou pas d’archivesArchives administratives auto-gérées par les départements/équipesArchives riches (administratives et historiques) gérées par un.e archiviste
Maîtrise faibleVous êtes sûr.e? Vérifiez!Récolement* des archives; Évaluation de la qualité/utilité des archivesPotentiel très élevé. Appelez votre archiviste!
Maîtrise moyenneSi vous avez peu d’archives, il est facile d’en maîtriser le contenu. Creusez!Évaluation de la qualité/utilité des archivesPotentiel très élevé. Challengez votre archiviste!
Grande maîtriseLa construction du discours historique est dépendant de sources externesDes recherches approfondies sur des thématiques spécifiques peuvent transformer des archives banales en trésorLa mise en valeur de votre patrimoine est certainement déjà bien développée ou n’a plus de secret pour vous

*Récolement : opération de recensement des archives dans un inventaire sommaire


Envergure et temporalité de l’entreprise

L’ancienneté et la taille de votre entreprise joue un rôle important dans cette décision. Si vous avez fondé votre entreprise individuelle de coaching l’année dernière, vos archives sont inexistantes et la mise en valeur patrimoniale n’a aucun objet. Si votre entreprise a 5 ans et que votre carnet de commande déborde et vous assure un gagne-pain pour plusieurs années (autrement dit, ça marche du tonnerre pour vous), vous n’avez certainement pas de raison de vous soucier, pour l’instant du moins, de mettre en valeur l’histoire de votre société. En revanche, il paraît opportun dès l’amorce de votre projet de vous assurer que les sources sont préservées correctement et qu’elles vous permettront demain d’expliciter et de mettre mettre en valeur votre savoir-faire.

Photo by DAVIDCOHEN on Unsplash

Le savoir-faire justement, c’est l’une des caractéristiques principales des entreprises plus anciennes. En effet, si votre entreprise existe depuis 10, 20, 50 ou 100 ans, elle a accumulé en son sein un véritable savoir-faire, préservé – espérons-le! – dans vos archives. Une temporalité longue recèle donc – logiquement me direz-vous – un haut potentiel : une riche histoire de produits ou services, de nombreux événements, des innovations récurrentes, un mécénat insoupçonné… Vous serez surpris de découvrir à quel point le meilleur du marketing ne peut remplacer l’œuvre du temps.

Vision et stratégie de l’entreprise

Tous les manuels de management vous le diront: pour piloter une société efficacement, il faut lui apporter une vision vers laquelle tendre et une stratégie pour y parvenir (puis les outils, etc.). La vision et la stratégie globale ont naturellement un impact important sur l’opportunité ou non de développer une politique de mise en valeur du patrimoine. Lorsque l’entreprise est tournée vers l’innovation à tout prix, la maîtrise de son histoire lui permet de solidifier son ADN et de renforcer ses valeurs; en d’autres termes, de créer une base saine pour soutenir les efforts d’innovation. Si la stratégie est de mettre en avant la solidité de la société, de montrer la qualité de ses produits et services, ou d’amener une longue et robuste expérience à ses clients, la mise en valeur des événements, des innovations et des achèvements passés permettra d’asseoir une légitimité et d’assurer la perception d’une authenticité réelle et non construite.

Depuis quelques temps, une nouvelle métrique est apparue pour jauger de la qualité des entreprises: le développement durable. Seulement voilà, rares sont celles qui ont inclus cet aspect dans leur stratégie avant que cela ne devienne un must… Une plongée dans vos archives pour révéler l’existence d’initiatives, peut-être passées inaperçues jusqu’à présent, qui allaient dans le sens d’une économie des ressources, d’une optimisation des processus avec un impact positif, mettons, sur l’empreinte carbone de votre société! Il s’agit bien sûr d’un peu de récupération, mais le jeu en vaut peut-être la chandelle… Il est certainement plus sain de mettre en valeur quelques initiatives bien réelles que de tenir un discours-bullshit sans réel engagement dans un changement quelconque.

On peut également prendre en compte le périmètre géographique couvert par les activités de la société. Lorsqu’une entreprise a un périmètre d’activité régional ou national, par exemple dans le cadre d’un district industriel doté de multiples interconnexions, il peut être très valorisant, à la fois pour elle et pour la région, de participer à l’écriture de son histoire économique. Les impacts ne seront peut-être pas gigantesques sur le panel des clients existants, mais ancrer l’entreprise dans sa terre d’accueil pourrait, en plus de lui assurer un gain en termes d’image, lui permettre d’approfondir, là encore, la légitimité de son expérience et de son savoir-faire.

Photo by Alvaro Reyes on Unsplash

Nature des produits et des services

Si votre entreprise produit des chars d’assaut, il sera certainement plus difficile de vendre du rêve à vos prospects que si vous produisez des prothèses pour blessés de guerre ou, totalement au hasard, des garde-temps prestigieux… Pour autant, la nature de vos produits ou services ne joue pas un rôle central dans la décision de mettre en valeur l’histoire de votre société. Je m’explique : en principe, si votre entreprise prospère depuis un certain temps, c’est que votre offre rencontre une demande, peu importe le domaine. Cette demande est naturellement fluctuante, et pour la consolider, il peut être avisé de recourir à une communication adéquate sur la solidité de votre entreprise à travers le temps, sur la fiabilité de votre offre ou sur les valeurs qui la définissent. Même un cigarettier peut mettre en avant ses efforts constants pour réduire la toxicité de ses produits tout en maintenant une qualité constante. Bon, je vous l’accorde, leur équipe de com. doit développer des trésors d’ingéniosité!

Le secteur des services n’est pas en reste! Il peut paraître plus complexe de communiquer sur une offre immatérielle, mais en fait, la communication sert les mêmes buts : renseigner sur les valeurs de l’entreprise, souligner la « success story », rassurer sur la qualité des services grâce à la longévité, etc.

Et si ça pue ?

Photo by NICHOLAS BYRNE on Unsplash

Il reste un point sensible à aborder: que faire lorsque l’entreprise a traversé une période sombre, a commercialisé des produits qui se sont révélés nocifs, a cumulé des échecs jusqu’à la faillite avant d’être redressée ou rachetée par une tierce partie? Comment communiquer sur un passé dont on n’est pas très fier? Il s’agit là d’un vaste débat, que je me permet d’effleurer avec cette option : faire le pari de la transparence. L’authenticité paye toujours. Assumer ce qui a conduit votre entreprise à se réinventer, à apprendre des erreurs passées, c’est assurer la confiance de vos client.e.s et de vos partenaires en ce qui concerne votre fiabilité, votre capacité à rebondir et les valeurs qui vous animent. Bon, si les cadavres sont trop frais ou trop nombreux, la communication sur votre glorieux passé est peut-être le cadet de vos soucis…

Par ce court article introductif, j’espère avoir suscité votre intérêt sur la mise en valeur du patrimoine entrepreneurial et sur les opportunités qu’elle peut contribuer à créer. Je vais certainement approfondir l’un ou l’autre point dans des prochaines publications, et serai ravi de recevoir votre feedback en commentaire!

Et rappelez-vous l’excellent axiome de Paul Watzlawick :

On ne peut pas ne pas communiquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code